kodak junior six -20

Il s’agit d’un appareil à soufflet équipé d’une focale de 100 mm fabriqué entre 1935 et 1937.

ouvertures possibles :  6.3,  8 , 11, 16, 22, 32

obturateur : 25, 50 , 100, B et T

la mise au point se fait en évaluant la distance avec le sujet par une bague gradué de 0.5 à 30 mètres.

la visé qui se fait par une loupe  minuscule est assez aléatoire, mais le rendu du négatif est vraiment splendide rien que par sa taille : 6 cm par 9 cm c’est déjà presque une photo ça permet de bons agrandissements !

il n’y a bien sur pas de pile et encore moins de cellule, je me base sur mon expérience aidé de la bonne vielle règle 100 iso = 1/100 > f 16 pour grand soleil f 8 à l’ombre…

l’appareil fonctionne avec des bobine de 620 ce format là n’est pas facile à trouver mais mis à part le diamètre c’est le même format que les films 120 qui se trouvent plus facilement.

il faut par contre dans le noir complet, dérouler puis ré enrouler le film sur un l’axe 620 d’origine.


ne pas oublier de rembobiner le film sinon y’a surimpression !!!

le test a été fait avec un film réversible (diapositive) fuji provia 100f périmé depuis juillet 2009 et tout a parfaitement bien fonctionné.
Y’a plus qu’a faire mumuse !

La Photo d’avant…

test du Yashica 44 lm

je suis fasciné par ce boitier que l’on vient de me donner , c’est de l’horlogerie de précision , le tout fonctionne sans piles, et surtout fonctionne toujours 60 ans après sa fabrication, le format final est un carré dont le négatif fait 4 cm de coté.

il a fallu trouver du film format 127, kodak a stopé la fabrication de ce film au 31 decembre 1995

(j’ai utilisé pour ce premier test une bobine négatif couleur kodak gold 200 asa périmé depuis avril 1996)

Des photos façon grand papa,

ça fait du bien de devoir à nouveau réfléchir un peu avant d’appuyer sur le bouton, ce yashica est doté d’une cellule qui, utilisé avec la molette de droite permet de connaitre les plages de réglages possibles en fonction de la sensibilité de la pellicule.

à part un petit blocage de la molette d’avance du film (fallait qu’il se remette dans le bain) qui m’a occasionné quelques vue non exposées et un chevauchements, tout à l’air de fonctionner à merveille. voici quelques scans de très mauvaise qualité de cette bobine test.

l’appareil est maintenant chargé avec une pellicule noir et blanc retro 80 s et me donne envie de faire un peu de chimie…
Histoire à suivre.